< actualités

Course de Marchampt

26-06-2016

Essais : Déjà trois semaines se sont écoulées depuis l'épreuve de St Gouëno. Avec trois départs, j'ai pu comme les 190 engagés présents me remettre dans le bain de cette si rapide course de Marchampt en Beaujolais. Grandes prises de vitesses et gros freinages sont les points clefs de cette course si intense et impressionnante. Je retrouve mes marques au volant de ma Norma M20 V8 assez rapidement et termine cette journée sur un gros rythme. Je m'installe en tête avec une confortable avance sur la concurrence Sébastien Petit et Cyrille Frantz. Cependant, ma voiture est perfectible sur quelques zones du tracé. Je trouve le train arrière "léger" et quelques bosses me gênent. C'est une des difficultés de la discipline : arriver à trouver les réglages adéquats pour permettre au châssis d'avaler les irrégularités de cette route de montagne, mais aussi de garder une hauteur de caisse idéale pour garantir un effet de sol optimal qui permettra d'avoir l'adhérence maximale.

Course : Alors, juste avant la course 1, je retouche mon amortissement. Est-ce que ce sera bénéfique? A quelques voitures du départ, je suis prêt à bondir mais la pluie fait son apparition. En voyant la voiture devant moi patiner sur plusieurs mètres, je comprends qu'il va falloir être prudent. C'est donc sur la défensive que je m'extrais péniblement de la ligne blanche. Les premiers virages sont abordés "sur des œufs", mais au bout du premier kilomètre, je me rends compte que le tarmac est sec. J'hausse immédiatement le ton et signe et je m'installe en tête.
Tout est sec pour la deuxième alors les cartes sont redistribuées ! Quoi que, quelques petite gouttent font de nouveau apparition sur ma visière de casque en prégrille, mais je suis persuadé que c'est insignifiant. La stratégie est simple : faire le maximum. Je m'arrache dès le feu passé au vert. J'affûte mes trajectoires et repousse au maximum les freinages. Je sens que ça va vite dans la voiture mais il ne faut pas lâcher notamment au célèbre enchaînement du Tarrès où les bosses sont nettement mieux absorbées par ma voiture. Au terme d'une belle attaque, je signe la meilleure performance en abaissant le record. L'avance est confortable sur le deuxième, Sébastien PETIT mais malgré tout je vais renouveler tous mes efforts lors de l'ultime manche. Je prends un plaisir énorme à exploiter mon monstre de 500 chevaux et après 1'29"880 de pilotage intense, je gagne la course des Beaujolais et améliore encore le record de la piste.

Conclusion : Course parfaite. Je tiens à remercier toute mon équipe qui m'a préparé ma voiture au "petits oignons" ainsi que tous mes partenaires qui me permettent de réaliser ces performances. Grâce à Simu Events, nous avons accueilli bon nombre d'entre eux dans le paddock, quel plaisir de partager ces moments avec tous les acteurs. J'ai même eu droit à la présence de Jean RAGNOTTI qui s'est installé au volant de ma Norma!

Résultat :
1 - Nicolas SCHATZ 1'29"880
2 - Sébastien PETIT 1'33"138
3 - Sébastien PETIT 1'33"522
4 - Geoffrey SCHATZ - 1'34"509
5 - Alban THOMAS - 1'35"536

Au championnat :
1 - Nicolas SCHATZ - 301 pts
2 - Sébastien PETIT - 216
3 - Geoffrey SCHATZ - 185
4 - Cyrille FRANTZ - 152
5 - David GUILLAUMARD - 134

Les pilotes coachés :

Geoffrey a eu une course agitée suite à deux têtes à queues. Se faisant piègé par des changements d'adhérence, il a malgré tout réussi une belle dernière manche se classant premier des F3000.
Les "MitJeteurs" ont évolué sur cette belle piste, Jean Michel termine 3ème devant Pascal Leonard.
Pour ce qui est des FR2.0, nos deux pilotes ont été victimes de touchettes sans gravité.
David et Jean Jacques ont effectué un belle course dans une catégorie CN2 très fournie.