< actualités

Course de 6H de Magny Cours VdeV

02-11-2013

Avant dernière course du Championnat d’Europe d’endurance VdeV de Magny Cours – course de 6H


Conditions de la course : DB autosport a réceptionné une NORMA flambant neuve quelques jours avant l’épreuve et Daniel BASSORA (pilote et aussi patron du team) m’a appelé 2 jours avant le début du meeting. Nous avons pris la décision de partir ensemble la veille du meeting donc autant dire que c’était l’aventure. L’équipage était donc composé de D. BASSORA / Jarno (équipier habituel de Daniel) / N. SCHATZ


Essais : Même si, par rapport à la course de côte, il y a beaucoup de roulage, les essais passent très vite. Il faut donc être assez réactif pour prendre ses marques dans cette Norma 2L, que je ne connais pas, sur cette magnifique piste de Magny Cours avec du trafic.
Cependant je réalise une belle 2ème manche d’essais libres en faisant le 6ème temps de la session. Pour les qualifs, qui se réalisent de nuit (encore une nouveauté pour moi), je réalise le 10ème temps en étant gêné, ce qui est encourageant.

Pour la course, la stratégie est simple : Daniel BASSORA fait le premier relais, Jarno le deuxième et moi-même le dernier, en faisant à chaque fois des sessions de roulage de 2 heures. Daniel prend un départ correct en gardant sa place, mais il effectue malheureusement un tête à queue quelques tours après. Dans le dernier tour de son relais, il est victime d’une collision, qui a pour incidence de tordre le pot d’échappement et d’amocher la carrosserie. Malgré la réactivité des mécanos, nous perdons 7 minutes dans les stands pour remettre la voiture en état de marche. Jarno prend alors le volant et réalise des chronos constants jusqu’à ce que la pluie s’invite. Jarno s’arrête donc au stand pour monter les pneus pluie. A 22h la voiture s’immobilise dans les stands pour que je prenne mon relais. Je pars des stands et m’arrête au refueling. Une fois le plein d’essence effectué je sors des stands et entre sur la piste plongée désormais dans une nuit noire. J’essaie de prendre mes marques le plus rapidement possible, dans des conditions où la visibilité est rendue quasi nulle entre la nuit et les gerbes d’eau soulevées par toutes les voitures. Les premiers tours se passent plutôt bien jusqu’à ce que la pluie redouble d’intensité. A partir de ce moment il y a énormément d’eau sur la piste, avec des rigoles,  ce qui rend la voiture inconduisible. Je pars en aquaplaning dans tous les sens, et il devient très compliqué de rester sur la piste, même à une allure très réduite. Au bout de 15’ de roulage, la direction de course, ayant pris conscience de cette situation (beaucoup de sorties de piste et des pilotes qui rentraient dans les stands), décide de mettre la course sous le régime du « safety car » et même d’arrêter la course avant la fin programmée.

 

 

 

 

 

 

 

 

xx